mer. 01 + jeu. 02 + ven. 03 mars

horaires multiples Durée : 1h20

Théâtre de Hautepierre

Théâtre d'objet, Musique

France

Quelques courts passages en français 
Jeudi 02 + vendredi 03 mars - 14:15 > représentations scolaires
Tout public et famille ! À partir de 8 ans
Accessible aux spectateurs allemands

partager

Sur la rive de l’océan radiophonique des chansons d’amour, cArMen, petite sirène des arènes, continue à chanter farouchement l’amour et la liberté jusque sur les rives du pays Turak.

Dans le théâtre kaléidoscopique de Michel Laubu, les objets et les opéras se recyclent, les choses rejetées sur le sable comme les chants malins viennent se recomposer sur les plages de nos mers intimes. Cette fois, plus salés et iodés que jamais, les objets, les instruments détournés et les marionnettes naviguent sur la scène en crue, les musiciens et les interprètes sont eux aussi transformés en monstres marrants et, sans en avoir l’air, les contes et légendes de Turakie revivent en chacun de nous, resurgissant des grands fonds de nos tiroirs sans étiquettes.

À tout âge, cArMen émerveille, surprend, agite, éveille en nous l’insignifiant qui veut tellement nous dire quelque chose. Michel Laubu ouvre la boîte en fer blanc des archives, délie les correspondances, colorise nos clichés, déplie les coupures de presse. À nous de recomposer notre propre livret d’opéra – scrap[book]show !

/////////

La Turakie est un pays qui échappe au cartographe car il appartient à une géographie verticale qui ne tient qu’à un fil, peut-être celui qui donne vie à nos marionnettes. Son peuple nous reste invisible, inconnu, et pourtant nous le croisons tous les jours dans nos rues, il nous tend la main pour nous inviter à le suivre mais nous faisons mine de l’ignorer en fouillant sans résultat le fond de nos poches. Sa langue est commune à tous les terriens même si elle se parle avec l’accent de nos voisins. Ses danses folkloriques se répètent au fond du placard à balais, ses chants et ses musiques résonnent dans les canalisations et au fond de nos valises à mots.

La Turakie, c’est le monde qui échappe à nos sagacités, c’est un territoire microscopique observé à la loupe d’orme, c’est l’excursion à la portée de tous les voyageurs immobiles, c’est un univers qui tient dans le creux de la main, un peuple aimable avec ou sans accordéon qui ne cesse de se réfugier sous nos tapis ou dans nos débarras.

Michel Laubu a rencontré cette contrée et ses habitants alors qu’il usait encore ses fonds de culottes dans une école du pays du charbon. Il est devenu l’anthropologue de l’autre, l’Embarrassadeur de Turakie en Europe, le confrèrencier de nos Ford intérieures, le guide à mi-chemin entre le troupeau de nous et les petites boîtes à eux.

Ses spectacles constituent aujourd’hui une somme considérante et constellée, afin de mieux en saisir leurs fil-amants, nous accueillons cette année deux formes très caractéristoriques importées de Turakie.

  • Écriture, mise en scène, scénographie : Michel Laubu
  • En complicité avec : Emili Hufnagel
  • Adaptation musicale, bande-son, réalisation des films d’animation : Laurent Vichard
  • Dramaturgie : Olivia Burton
  • Création lumière : Christian Dubet
  • Avec : Michel Laubu, Emili Hufnagel, Patrick Murys, Marie-Pierre Pirson, Laurent Vichard (musicien), Pierrick Bacher (régie plateau à vue)
  • Musiciens bande-son : Loïc Bachevillier (trombone), Rodolphe Burger (guitare él.), Jeanne Crousaud (chant), Pierre Desassis (saxophones), Véronique Ferrachat (flûtes), Maxime Legrand (batterie), Raphaël Poly (contrebasse), Fred Roudet (trompette), Laurent Vichard (clarinettes, mandole, guitares électrique, claviers, percussions)
  • Chanson Love I obey (W. Lawes) par : Rosemary Standley & Helstroffer’s Band
  • Régie générale et plateau : Fred Soria
  • Régie son : Hélène Kieffer
  • Régie lumière : Ludovic Micoud Terraud
  • Construction marionnettes, animation des figurines des films : Emmeline Beaussier, Géraldine Bonneton
  • Construction accessoires : Charly Frénéa, Joseph Paillard, Fred Soria
  • Décors  : Atelier de la MC2-Grenoble
  • Costumes et accessoires : Ateliers du Théâtre des Célestins-Lyon
  • Regards extérieurs : Caroline Cybula, Olivier Dutilloy, Brigitte Seth et Roser Montllo Guberna, Vincent Roca
  • Administratrice de production  : Cécile Lutz
  • Avec l’accueil chaleureux et généreux de : habitants de l’île de Sein pour approcher le phare Ar-Men, organisé par Cathy Beurel et Ambroise Menou
  • Production : Turak Théâtre
  • Coproduction : Bateau Feu, Scène nationale de Dunkerque (plus aide à la résidence) / Théâtre des Célestins, Lyon / MC2, Grenoble / Volcan, Scène nationale du Havre / Comédie de Saint-Étienne – Centre Dramatique National / Espace Malraux – Scène nationale de Chambéry et de la Savoie / Théâtre Renoir - Cran Gevrier / Château Rouge - Annemasse
  • Avec le soutien : Subsistances, Lyon
  • Le Turak est en convention avec : le Ministère de la Culture et de la Communication -Direction Régionale des Affaires Culturelles Rhône-Alpes et la Région Rhône-Alpes,
  • Et est subventionné par : la Ville de Lyon
  • Il reçoit régulièrement le soutien de : l’Institut Français pour ses projets à l’étranger