Enfin s’amorce une dynamique de réouverture. De manière progressive, toujours dans le souci de la santé de tou·te·s, la vie fait son retour avec ses palpitations : la reconquête de l’espace commun, tel est désormais le projet. Replié·e·s durant de longs mois sur deux sphères seulement, celle du travail et celle du privé, nous avons vécu un délitement de nos liens sociaux, un appauvrissement de nos quotidiens privés d’un espace tiers. Car la vie, c’est incontestablement celle de nos corps et le bien-être fragile de tou·te·s. Mais elle est aussi faite d’expériences fortuites, surprenantes, subjectives.

C’est pourquoi la culture, comme espace et pensée partagés, nous est aussi essentielle : elle nous permet de rencontrer l’inconnu, cet anonyme que nous croisons dans les lieux publics, que nous entrevoyons en passant, avec qui nous échangeons quelques mots et regards, nous assurant ainsi de notre propre présence. Le vivant, en plus de son existence factuelle et physique, a besoin de se confronter à la parole et la pensée de l’autre, d’entrer en résonance avec le monde.

Après des mois de fermeture des lieux culturels, une période mouvante et parfois anxiogène, le Maillon, lui aussi, invite à cette résonance, à travers des découvertes tous azimuts : autant de retrouvailles entre anonymes que de rendez-vous avec l’inattendu, que nous espérons partager avec vous !

Barbara Engelhardt,
directrice