Un abonnement croisé de trois spectacles proposés par le Ballet de l’Opéra national du Rhin, le Maillon et POLE-SUD.

Faire découvrir au public la diversité de la création chorégraphique, ainsi que les établissements qui la soutiennent, tel est, depuis 25 ans, le double pari de cette proposition.

Les Ailes du Désir
Bruno Bouché
13 – 18.01. / Opéra
Dans Les Ailes du Désir, le réalisateur allemand Wim Wenders imagine qu’un ange quitte sa condition, la pure et immatérielle éternité, et décide de s’incarner pour l’amour d’une femme… S’inspirant de cet immense chef-d’œuvre du septième art, Les Ailes du Désir de Bruno Bouché sont une invitation à explorer par la musique et le geste dansé ce mystère absolu de l’incarnation. Chaque frisson de la chair, chaque émoi des sens, est une expérience ineffable qui, instantanément, crée en nous un fulgurant sentiment de synesthésie et d’union entre le corps et l’âme… Mieux que des mots, la danse et la musique sont assurément les meilleurs catalyseurs de ce frémissement de la vie en nous, de cette inépuisable effervescence des sens, l’odorat, le goût, le plaisir du toucher… tout ce qui fait la joie de l’existence, et que nous prenons trop souvent comme allant de soi ! Pour cette délicate réflexion sur les sens, Bruno Bouché mêlera musiques du répertoire et nouvelles pages spécifiquement commandées pour ce ballet à la jeune compositrice londonienne Jamie Man.

Bisonte
Marco Da Silva Ferreira
23 + 24.03. / POLE-SUD
Danser sous le masque des genres et révéler ce qui nous fait humains. C’est en creusant ce sillon que Marco da Silva Ferreira a créé Bisonte. Une pièce d’intensité, où la puissance des danses questionne la façon dont les relations de pouvoir construisent les affirmations identitaires. Une passionnante réflexion musicale et chorégraphique. Depuis Hu(r)mano (2015), puis Brother (2017) Marco da Silva Ferreira interroge la dimension sociale des danses urbaines, en particulier leurs contextes d’apparition. Intensité physique, mémoire profonde et pertinence du propos sont au cœur de ses spectacles. Bisonte poursuit cette démarche. Après des recherches sur les liens entre danses tribales anciennes et urbaines d’aujourd’hui, le chorégraphe interroge les représentations de genre. Parti d’un phénomène de nos sociétés : « l’absence de place pour l’émotion, l’intimité et la vulnérabilité. Et inversement, le culte du pouvoir et de la virilité », il a réuni sur scène trois danseurs très normés et trois danseuses qui ne le sont pas. Croisant danses et attitudes du krump et du hip-hop avec celles du carnaval et des états hystériques, il fait spectacle de cette collision plus improbable dans la réalité. De ces énergies et tensions exacerbées surgissent des émotions intimes. Non sans une pointe d’humour, elles trahissent les vulnérabilités humaines qui se cachent sous ces différents codes surjoués : la féminisation des performances queer ; les images d’athlètes cyborg, qui caractérisent la masculinité dans les communautés hip-hop.

Screws
Alexander Vantournhout / not standing
03 – 05.06. / Maillon
Dans Screws, les relations entre corps et objets sont bouleversées. Le mouvement se fait sous l’emprise de l’objet coupé de sa fonction habituelle, c’est lui qui impulse, propulse, contrôle ou dévie le corps. Après Red Haired Men (2018), Alexander Vantournhout s’entoure à nouveau d’artistes virtuoses pour explorer le potentiel créatif des particularités et des limites de l’anatomie humaine. Une dizaine de micro-performances émergent ici et là, dans différents espaces du Maillon, où le public déambule à sa guise. Tantôt chorégraphie collective, tantôt duo original ou solo précis, la performance in situ prend ainsi la forme d’un parcours de découverte, mêlant cirque et danse, corps et objets. Une invitation à une promenade où chacun et chacune choisira son angle de vue sur les différentes compositions acrobatiques. Formé en danse et en cirque, Alexander Vantournhout nous livre avec Screws une nouvelle démonstration ludique de ce qu’est la circographie contemporaine.

18 € – 39 € les trois spectacles

Souscriptions jusqu’au ve 30 octobre
au guichet de l’Opéra ou sur le site internet
www.operanationaldurhin.eu dans la limite des places disponibles