ven. 16 + sam. 17 + dim. 18 juillet

00:00 — Durée : 0 min

Maillon

performance, installation

Grande-Bretagne


coproduction

ARK Strasbourg
dans le cadre de Moving Borders, une coopération entre 7 partenaires européens
cofinancé par le programme Europe créative de l’Union européenne


Moving Borders
moving.borders.org
cofinancé par le programme Europe créative de l’Union européenne

partager

Construire une arche, lieu de refuge, lieu de rencontre. Tendre un arc, telle une connexion d'énergie entre deux points distincts. Être anarchique dans la façon de collaborer, sans hiérarchie. Dans le projet de la compagnie Quarantine, l’arche est un lieu où l’on peut penser les alternatives et en débattre. Mais l’Arche, dans sa dimension mythique, pose aussi la question de l’appartenance et des lignes de fracture : qui est autorisé à y entrer ? Que voulons-nous sauver ? Comment partager l’espace commun ?

Les 16, 17 et 18 juillet 2021, la grande salle du Maillon sera transformée en une installation éphémère et modulable. En collaboration avec un groupe d’étudiants de l’atelier scénographie de la HEAR, Antoine Cegarra, Mathilde Mertz, Quarantine, Leyla-Claire Rabih et Élise Simonet inventeront une arche qui accueillera différentes propositions artistiques, un espace de vie à la croisée de l’atelier de construction, de la salle de classe alternative, de l’agora, de la caverne et du terrier.

On y trouvera des espaces de repos, une bibliothèque partagée, des recoins pour lire et converser tranquillement, et de grandes tablées pour discuter à plusieurs, ou pour manger le midi.
Pendant ces trois jours publics, l’Arche sera accessible à tout moment et proposera des ateliers pratiques, des performances et des rencontres pour toutes et tous.

Comme le formule Quarantine, il est question d’un lieu où puissent s’échanger des paroles, des savoirs, des gestes, entre des êtres qui apparaissent, se considèrent ou sont définis par la société comme étrangers. Un lieu où les vies puissent se pratiquer intensément, où du commun autant que des antagonismes puissent trouver à frictionner, pour renouveler nos manières de vivre ensemble.

Ce lieu, c’est avec les habitants de Strasbourg que les équipes souhaitent le réaliser et l’habiter. Dès le mois de février 2021 débuteront une série de rencontres et d’ateliers. Car , c’est avant tout un processus au long cours, en lien avec de nombreuses structures du champ social, associatif et éducatif. Ce temps permettra d’inventer cette Arche à leurs côtés, qu’elle devienne une réelle fabrique d’expérience, et contribue à déplier les imaginaires, les questionnements et les désirs des habitants participants.